Photomontages trompeurs


Les photomontages s' adressent principalement aux riverains de futurs projets de "champs" éoliens.

Généralement l'aspect industriel de ces projets est soigneusement occulté par les promoteurs. De la même manière que l'impact visuel réel des structures construites, qui atteignent des hauteurs très inhabituelles (plus de 200 mètres avec leurs pales), dans un pays où les édifices les plus hauts (même en milieu urbain) dépassent très rarement 100 mètres.

Précisons d'autre part que dans une région encore préservée de la présence d'éoliennes industrielles, les habitants n'ont pas d'exemples immédiats leur permettant d'apprécier à sa juste valeur l'impact visuel des aérogénérateurs projetés.

Par ailleurs, les promoteurs se gardent bien d'organiser des visites publiques guidées sur des sites similaires déjà en service. Si bien que la grande majorité des personnes concernées par ces projets doivent se contenter des photomontages et des autres informations que leur procurent les promoteurs.

Comment garantir l'objectivité de l'information fournie par des personnes (les promoteurs) qui ont tout intérêt à voir leurs projets se concrétiser?

Comment pouvons nous assurer que ce sont les besoins de la collectivité qui sont servis et non les intérêts privés des promoteurs?

Flouter rime avec flouer

Où s'arrête l'action de flouter une image pour faire passer un projet et où commence celle de flouer le public pour ses propres intérêts?
 
C'est la question que se pose  Alan MacDonald, membre du  Royal Institute of British Architects, dont le livre «Windfarm Visualisation - Perspective or Perception?» est une référence en la matière.

Il constate , exemples à l'appui, que l'impact visuel des photomontages de nombreux  projets présentés au public est nettement inférieur (jusqu'à 4 fois) à la réalité.

Une réalité à laquelle sont malheureusement confrontés les riverains quand il est trop tard. Après que les éoliennes industrielles aient été installées près de chez eux.

L'effet positif des simulations photographiques auprès du public,  lors de la soumission des projets d'implantations d'éoliennes est l'arbre qui cache la forêt, encourageant l'opacité  caractéristique qui accompagne, ici ou ailleurs, le développement de nombreux parcs   industriels d'éoliennes.
 
En raison de photomontages ne reflétant pas l'impact visuel réel des éoliennes industrielles, de  nombreux habitants sont ainsi mis devant le fait accompli, en constatant après coup (lorsqu'il est trop tard pour réagir) les différences notables entre les images bidouillées et la réalité. 
 
L'impression d'avoir été floués est bien le désagréable sentiment qui reste en travers de la gorge des habitants concernés.

Mots-clés: Eolienne, Jura, Patrimoine, Paysage